Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Tunisie : après l’assassinat d’un opposant, l’ordre contre l’anarchie
(Le 29 juillet 2013)

Tunisie : Laâridh fait des propositions et pointe les anarchistes nihilistes

Gnet.tn, Lundi 29 Juillet 2013 à 19:11

Le chef du gouvernement, Ali Laâridh, a déclaré ce lundi que "le gouvernement va poursuivre de remplir son devoir et redoubler d’efforts, non pas par son souci de se maintenir au pouvoir, mais dans le but d’assumer sa responsabilité totalement, jusqu’à la dernière minute". Il a dit sa détermination "de faire avancer la Tunisie vers l’achèvement de cette transition le plus tôt possible et au moindre coût". Il a opposé une fin de non-recevoir à tous les appels "nihilistes et anarchistes" qui prônent l’annulation du processus transitoire et le retour à la case départ.

... Le chef du gouvernement a évoqué "la tentative de putsch contre le processus transitoire qui a failli précéder l’assassinat du martyr". Il a pointé "une tentative de s’emparer des institutions de l’Etat". "Le défunt Mohamed Brahmi n’était pas encore arrivé à l’hôpital, que des voix appelaient à la désobéissance, au chaos, au néant, et à l’inconnu". Il a dénoncé l’exploitation de cet assassinat pour des considérations partisanes, et le fait que des individus cinq à six personnes s’autoproclament tenants de l’autorité. Il a qualifié cet agissement de despotique, qui, plus est, "loin du vent de la démocratie et de la souveraineté du peuple".

Ali Laâridh a qualifié les auteurs de cet agissement "d’aventuriers, égocentriques, qui exploitent toutes les occasions pour assouvir des convoitises partisanes et personnelles, se félicitant que le peuple ait pu avorter leur tentative, et n’ait pas suivi ces aventuriers anarchistes". Il a également salué les unités de la sécurité et de l’armée qui "ont veillé à préserver la sécurité, les biens et les institutions, et ont fait avorter ce plan qui a voulu exploiter une conjoncture requérant l’unité nationale". "Ceux qui ont tenté ou tentent de s’emparer des institutions n’ont tenu compte d’aucun intérêt sécuritaire, économique ou autres. Ils ont tenté de pervertir les intérêts des gens pour des aspirations étriquées", a-t-il martelé.


Tunisie en crise : Soumaya Ghannouchi qualifie les opposants à son père d’« anarchistes » et de « putschistes »

Kapitalis.com, 1er août 2013 à 00:29

De son Qatar d’adoption, Soumaya, fille de Rached Ghannouchi, chef d’Ennahdha, a lancé un appel au gouvernement tunisien pour appliquer la loi et frapper fort ce qu’elle a qualifiés de « putschistes ».

Après Yusra qui a manipulé les images du sit-in du Bardo, en utilisant des images des opposants au gouvernement pour illustrer un tweet sur la mobilisation des pro gouvernement, c’est le tour à sa sœur Soumaya Ghannouchi, épouse Rafik Bouchlaka, ancien ministre des Affaires étrangères, résidente au Qatar et employée de la tristement célèbre chaîne Al-Jazira, a adressé, aujourd’hui, sur sa page Facebook, un message au gouvernement.

Selon elle, il faut mettre fin à ce mouvement de protestation appelant à la dissolution de l’Assemblée nationale constituante (ANC) et du gouvernement provisoire, conduit, selon elle, par des « anarchistes » et des « nostalgiques de la période d’avant le 14 janvier 2011 ».

Mme Bouchlaka a notamment appelé le gouvernement de la troïka, dominé par le parti Ennahdha, d’appliquer au plus vite la loi, de dire la vérité au peuple pour qu’il assume sa responsabilité et défende sa révolution, les institutions et les biens publics.

Suivant
Imprimer l'article