Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : quatre antifas au tribunal pour jet de chaises
(Le 18 septembre 2013)

Paris : Quatre militants antifascistes convoqués au tribunal

AFP | Publié le 18/09/2013 à 17h26

Quatre militants antifascistes interpellés à Paris après une échauffourée vont être jugés en correctionnelle pour dégradations et violences en réunion.

Des échauffourées dans un café du XVe arrondissement de Paris samedi 14 septembre avaient conduit à l’interpellation de quatre militants antifascistes. Alors que des manifestations avaient été interdites, ils avaient jeté des chaises dans le café sans qu’une véritable bagarre éclate avant de prendre la fuite. Plusieurs d’entre eux avaient ensuite été interpellés et placés en garde à vue.

A l’issue de cette garde à vue, quatre d’entre eux ont reçu une convocation pour comparaître prochainement en correctionnelle pour "violences volontaires en réunion avec visage dissimulé" et "dégradations en réunion avec visage dissimulé", a précisé ce mercredi 18 septembre une source judiciaire.

Quatre manifestations interdites pour éviter les affrontements

Vendredi 13 septembre, la préfecture de police de Paris (PP) avait annoncé avoir engagé une procédure d’interdiction de quatre manifestations prévues samedi pour éviter des affrontements entre militants antifascistes et d’extrême droite. L’une d’entre elle avait été initiée par des groupes antifascistes pour rendre hommage à Clément Méric, militant mort le 5 juin lors d’une bagarre avec des skinheads à Paris dans le quartier de la gare Saint-Lazare.

Une autre, organisée par des groupes d’extrême droite, visait à soutenir le principal suspect dans cette affaire, Esteban Morillo, un jeune skinhead de 20 ans mis en examen et écroué après qu’il a reconnu avoir frappé Clément Méric.

Également susceptibles de provoquer des affrontements, selon une source proche de la direction de la PP, deux autres manifestations avaient été interdites, l’une de l’association anti-avortement "SOS tout-petits", l’autre à l’appel du mouvement anti-islam Riposte laïque.

Suivant
Imprimer l'article